Image

Featured Image

#FemVoileLéman, le CNS persiste et signe en 2021!

En 2020 le CNS a lancé le programme #FemVoileLéman afin d’encourager la participation féminine aux régates de voiliers habitables sur le Léman. Le marrainage de Clarisse Crémer, le soutien du CDV74 et les frais d’inscription aux compétitions offerts aux équipages 100% féminins ont permis d'obtenir des premiers résultats encourageants.

Prolongement du programme en 2021, le CNS organisera les 8 et 9 mai prochains à Sciez une manche du championnat Women Leading Sailing Trophy (WLS). Créé par la commission féminine de la FFV et reservé aux équipages 100% féminins, le WLS Trophy se court habituellement de mars à octobre sur 5 manches (Pornichet, Brest, Le Havre, Cherbourg et Martigues) à bord de monotypes habitables mis à disposition par les clubs organisateurs (J70, J80, 5.7). Baptisée WLS-Léman’s 5, cette manche lémanique se disputera sur l’emblématique Surprise.

Difficilement concevable alors que le Léman fasse partie du circuit WLS sans inscrire au moins un équipage sur le championnat. Le CDV74 et le CNS sont parvenus à rassembler 12 volontaires des clubs lémaniques (CNS, SNLF et CVE) pour former deux équipages Léman’s 5. Participation aux manches du championnat et séances d'entraînement sont au programme de la saison 2021 pour nos 12 Ambassadrices. Si le projet est en partie financé par la ligue de voile AURA, nous sommes toujours à la recherche de partenaires pour boucler le financement du projet.

Si vous êtes propriétaire d’un Surprise et prêt à le louer les 8 et 9 mai prochains ou si vous souhaitez soutenir nos équipages Léman’s 5 sur le circuit WLS, merci de prendre contact avec le CNS en écrivant à communication@cnsciez.fr.

logo_CDV_74-300x126
WLS_TROPHY_LOGO[1]

Featured Image

Un garçon affoilant! - Entretien avec Aymerick Blin

Photo Aymerick 1

Aymerick Blin

33 ans, Entraineur et préparateur technique indépendant

email: info@nautipic.ch

Touche à tout en compétition, du dériveur à la course au large en passant par le windsurf, le multicoque ou les foilers

CNS: Quels sont tes liens avec le CNS

Aymerick Blin: Je suis de l’époque où les juniors de la Base Nautique de Sciez souhaitant régater étaient affiliés au CNS pour obtenir leurs licences. Ce qui a eu le superbe effet de créer des liens entre les jeunes régatiers et les membres du club, liens qui ont très souvent été à l’origine de belles histoires véliques!

CNS: Comment es-tu arrivé aux bateaux volants ? 

Aymerick Blin: Après 6 ans de projet course au large, j’ai cherché un support qui me permettrait d’apprendre et de m’éclater sans avoir besoin d’aller régater (contraintes d’emploi du temps professionnel). Le Moth s’est avéré le support parfait puisqu’il me permettait en plus de m’adonner à une autre passion qu’est la préparation technique, fabrication de pièces, optimisation ou autres développements.

CNS: Quelles qualités particulières faut-il pour naviguer sur ce type de bateaux ?

Aymerick Blin: Pour naviguer sur un bateau de la famille des Moths (center line foiler), il faut un minimum d’expérience de navigation en dériveur et un minimum de condition physique. Pour être très concret, sur un support comme le Onefly le vol est accessible à tout navigateur étant capable de maîtriser un Laser dans 3 beauforts.

CNS: En quoi la navigation sur un bateau volant est-elle différente d'un voilier archimédien ?

Aymerick Blin: Les sensations sont très différentes au premier abord. Si l’on considère les voiliers archimédiens, les différences avec un foiler seront d’autant plus marquées que le déplacement du bateau est élevé. Plus le ratio surface de voile / poids augmente plus on se rapproche de la navigation en foil. Les navigateurs venant du skiff ou multicoque sont déjà accoutumés au vent apparent et seront donc davantage déstabilisés par l’éloignement des points d’appui du bateau sur l’eau ainsi que le silence engendré par le vol, là où un navigateur venant du lesté ou du dériveur traditionnel sera peut-être simplement étonné des accélérations et des vitesses atteignables !

CNS: Sur quel type de bateaux volants navigues-tu ?

Aymerick Blin: Je navigue essentiellement en Moth international. Une superbe jauge à développement qui existe depuis plus de 100 ans et dont l’échelle (3,35m) a permis l’apparition des premiers foilers en régates au début des années 2000.

CNS: Lequel préfères tu et pourquoi?

Aymerick Blin: Le Onefly est à mon avis le support monotype à venir. Il présente tous les avantages du Moth sans les inconvénients : coûts, entretien, fragilité etc. il permet l’accès au foiling y.c en régate au plus grand nombre, en limitant un maximum les compromis avec la performance.

 

Photo Aymerick 2

CNS: Quels sont les circuits sur le Léman ?

Aymerick Blin: Il existe aujourd’hui des circuits essentiellement liés à certaines classes comme par exemple les Flying Phantom ou les TF35. Ils restent néanmoins élitistes et très coûteux. Nous ne sommes qu’au début de cette révolution, le plus beau est à venir et il est encore temps pour tout les navigateurs amoureux de vitesse et même de régate en version accélérée de se lancer et de vivre pleinement cette période qui nous permet de nous affranchir de toujours plus de traînée pour tendre vers une glisse toujours plus pure!

CNS: Quel conseil pour commencer à voler ?

Aymerick Blin: Commencer (rires) ! Il est vrai que de se faire accompagner pour débuter permet d’atteindre plus vite l’autonomie, même si il est tout à fait possible de s’en tenir simplement à mon premier conseil.

CNS: Quel est le budget d'entrée pour un bateau volant ?

Aymerick Blin: On peut trouver un bateau volant des 4 ou 5000 €. Il faut en revanche être prêt à bricoler et oublier quelconques idées de régate avec des bateaux de ce type. Pour un Onefly complet neuf (prêt à régater) on compte 15k€, le marché de l’occasion n’est pas encore très développé. A noter qu’il est tout à fait envisageable et même recommandé de se mettre à deux sur ce genre de projet. La fatigue engendrée par les premières navigations, l’apprentissage rendue possible en observant une autre personne naviguer et les facilités liées au fait d’être deux pour les manipulations diverses rend le partage du bateau très intéressant en tout cas sur la première saison. Et accessoirement rend le coût de l’investissement comparable à celui d’un dériveur double sympa! Pour les furieux sans compromis qui souhaiteraient s’y mettre sérieusement sur un circuit international les prix des Moths compétitifs varient de 25k€ à 40k€ mais attention, les technologies évoluent vite et les actualisations à prévoir pour rester compétitif sont nombreuses !

CNS: Quelle est ta plus belle expérience de navigation ?

Aymerick Blin: Il est très difficile de comparer des expériences trop diverses. Mettre en regard une navigation en solitaire au large dans les conditions difficiles avec le partage d’un bord de glisse dingue à bord d’un catamaran de sport dans une longue houle pour enrouler une marque de parcours qui ressemble plus à une île qu’à une bouée ne permet pas de désigner la plus belle expérience. De même que de confronter l’état de bonheur et d’excitation que procure d’une part un énorme coup tactique durant une course en double et d’autre part un départ en foiler bord à bord avec les plus grands navigateurs du monde n’est pas plus relevant quant à la hiérarchisation des expériences. J’espère que ma plus belle expérience de navigation est à venir.

CNS: Quelle est ta pire expérience de navigation ?

Aymerick Blin: Je ne m’en souviens pas. Toute expérience difficile ou éprouvante finit toujours par être classé dans les expériences positives, c’est la magie de ce sport, l’apprentissage ne finit jamais puisqu’il est complètement lié à l’accumulation d'expériences. La pire est sans doute inintéressante puisque probablement source d’ennuis et donc sans aucun enseignement.

CNS: Quel conseil donnerais-tu aux plus jeunes ?

Aymerick Blin: Prendre du plaisir, naviguer sérieusement sans se prendre au sérieux, rester humble face aux éléments et curieux face aux vieux marins qu’ils rencontreront!

CNS: Quel personne nominerais-tu pour l'entretien de la prochaine newsletter? 

Aymerick Blin: Paul Camps, pour les liens cités plus haut.

 

Featured Image

La Journée du Coeur Nautique de Sciez

Bandeau facebook Coeur Nautique

Depuis le début de la crise sanitaire le personnel hospitalier s’est fortement mobilisé pour lutter contre le virus et sa propagation. De nombreuses initiatives voient le jour afin de les remercier pour leur indéfectible engagement et de les aider à se ressourcer.

Le Cercle Nautique de Sciez (CNS) souhaite participer à cet élan de solidarité en invitant des membres du personnel du Centre Hospitalier Alpes Léman (CHAL) à venir découvrir la pratique de la voile lors de la « Journée du Cœur Nautique de Sciez ».  

 

Samedi

5 septembre 2020

L’objectif principal est de partager des moments de convivialité à terre comme sur l’eau.

Près d’une douzaine de voiliers du CNS ont déjà confirmé leur participation, ce qui nous permet d’embarquer quarante membres du personnel hospitalier. Les propriétaires de voiliers qui souhaitent participer à l’initiative peuvent encore s’inscrire jusqu’au 15 juillet en écrivant à contact@cnsciez.fr.

Le CNS ne peut assurer l’intégralité du financement de cette journée et nous sommes à la recherche de partenaires. Si vous souhaitez participer à cet évènement, merci de prendre contact avec nous en écrivant à contact@cnsciez.fr.

Featured Image

CDV 74 - Nouvelle équipe, nouveau départ!

logo_CDV_74 FFV

Le Comité Directeur du Comité Départemental de Voile de Haute-Savoie s'est réuni le 29 juin dernier en assemblée générale pour élire les nouveaux membres de son Bureau:

  • Président: Lionel Vulliez (Société Nautique du Léman Français)
  • Vice-Président Annecy: Jocelyn Del Rosso (Union Nautiqe Corporative Annecy-Le-Vieux)
  • Vice-Président Léman: Pierre-Yves Rollin (Cercle Nautique de Sciez)
  • Trésorière: Odile Eschenbrenner (Club Nautique du Lanfonnet - Port de Menthon Saint Bernard)
  • Secrétaire Générale: Thais Armagnat (Société Nautique du Léman Français)
  • Secrétaire Adjoint: Thomas Aumercier (Club Nautique du Lanfonnet - Port de Menthon Saint Bernard)

Yvan Pulli (Président de la Base Nautique de Sciez), Fabrice Schelsohn (Président de la Société Nautique du Léman Français) et Vincent Simoneau (membre de l'Union Nautiqe Corporative Annecy-Le-Vieux) viennent compléter l'équipe en tant que membres du Comité élargi.

Le rôle, les missions et les projets du CDV74 feront l'objet d'un nouvel article très prochainement.  

 

 

Featured Image

Mini Moi - Entretien avec Loïc Blin

Portrait Loïc BLIN

Entretien avec Loïc Blin

34 ans, Technico-Commercial chez Technique Voile

email: loicblin2021@gmail.com

Palmarès:

  • 1er au championnat de bassin en Optimist à Thonon en 1998
  • 1er overall de la Solitaire de Sciez sur un petit cata de la Base Nautique
  • Champion ACVL en 2002
  • 1er au Bol d’Or du lac de Joux 2008
  • 1er Obélix Trophy 2011
  • 3ème au National Grand Surprise en 2014
  • 1er de la Sun Fast World Cup en 2019

Photo Loïc 2

CNS : quels sont tes liens avec le CNS ?

Loïc Blin : J’ai commencé la voile vers 8 ans à la Base Nautique de Sciez. Assez rapidement, avec mon petit frère Aymeric, nous avons commencé à régater et donc nos parents nous ont naturellement licenciés au CNS. Nous sommes passés par l’Optimist, l’Equipe, le cata de sport, le quillard et globalement tout ce qui flottait avec des voiles !

CNS : peux tu nous en dire plus sur ton "cv" nautique ?

Loïc Blin : Beaucoup de dériveur, de cata de sport. Par ailleurs, beaucoup de membres du club nous ont donné l’opportunité de naviguer sur pleins de supports différents (JOD 24, Surprise, 6mJi, etc.).

J’ai eu la chance de régater une saison sur le circuit M2 sur TeamWork avant de partir m’installer en Bretagne. C’est là où j’ai découvert la navigation sur de plus gros bateaux et plus loin : du Spi Ouest France au Fastnet. J’ai aussi eu l’opportunité incroyable de pouvoir disputer la Sydney Hobart.

Avec mon diplôme de skipper professionnel, j’ai eu l’occasion d’emmener beaucoup de monde en régate et aussi en croisière, entre Brest et La Rochelle mais aussi en Méditerranée.

Et puis j’ai découvert le mini 650 avec mon frère.

CNS : Comment t'es tu lancé sur ce projet?

Loïc Blin : Je découvre le monde du mini en 2012-2013. La Mini Transat se court tous les deux ans. C’est alors à peu près tous les deux ans qu’il me prend l’envie de monter un projet pour tenter de prendre le départ de l’édition suivante mais sans succès ! Fin 2019, j’ai l’opportunité d’acheter un bateau d’occasion. Cette fois ci je ne laisse pas passer ma chance. 

CNS : ou en es-tu de ta préparation ?

Loïc Blin : Mon bateau est un Pogo 3 du chantier Structures. C’est ce modèle de bateau qui a gagné les deux dernières éditions de la Mini Transat. C’est un bateau polyvalent, rapide et très humide!

Aujourd’hui, j’ai encore beaucoup de préparation à faire pour être opérationnel. Ce bateau n’avait pas navigué depuis 2 ans, donc beaucoup de matelotage, énergie, électronique, etc. 

CNS : Quelles sont les échéances de la qualification et la date du grand départ ?

Loïc Blin : Pour participer à la Mini Transat de 2021, il faut valider un total de 1500 milles en course, et 1000 milles hors course. Le départ sera donné en septembre 2021. A ce jour, les quatres régates auxquelles je devais participer ont été annulées ou reportées à cause du coronavirus (Plastimo BSM, Mini en Mai, Trophée MAP, Mini Fastnet). Mes prochaines échéances sont ma qualification hors course de 1000 Milles et une longue régate aux Sables d'Olonne durant le mois d'Août, probablement 1700 Milles en 3 étapes. Une fois tout cela validé, je pourrais rentrer dans la performance l'année de la Mini-Transat.

Photo Loic 1
Photo Loïc 3

CNS : Quels sont tes objectifs ?

Loïc Blin : Ces dernières années, j’ai beaucoup navigué en équipage avec une casquette de professionnel. Pendant cette campagne, j’ai envie de profiter et de naviguer pour moi. Me faire plaisir et partager ma passion. La performance devrait venir avec le plaisir !

CNS : Quels sont tes sponsors ?

Loïc Blin : Le gros de mon budget est auto financé par un prêt. Je cherche évidemment à partager ce projet avec une ou plusieurs entreprises/associations afin d’avoir les ressources pour aller jusqu’à la Mini Transat 2021. Cependant, j’ai quelques bonnes aides. J’ai la chance de travailler dans une voilerie (Technique Voile) très impliquée dans la régate et notamment dans le Mini 650. J’ai quelques partenaires techniques qui m'ont aidé à la préparation de la carène (Infinity Nautique) et dans la remise à niveau de mon gréement dormant (Atelier Câbles). Enfin, je n’oublie pas l’aide précieuse de mes proches et amis. Je les remercie, et j’invite les personnes sensibles à ce projet à rejoindre l’aventure. La passion est contagieuse et c’est tant mieux !

CNS: Quelle est ta plus belle expérience de navigation?

Loïc Blin : C'est lorsque je skippais l'un des 6 voiliers (d'une cinquantaine de pieds) lors de la croisière Rêve d'Enfance. Chaque skipper emmenait plusieurs enfants en rémission de cancer, un interne en médecine, et des étudiants de l'association. Nous partions pendant 1 semaine et demi entre Porto Vecchio et Ajaccio. Le but était de pouvoir leurs faire oublier ce qu'ils ont pu subir à l'hôpital. La mer et le voilier comme vecteur permettait de créer une alchimie incroyable. Ça m'a profondément marqué.

CNS: Quelle est ta pire expérience de navigation?

Loïc Blin : J'emmenais un groupe de jeunes sur un Dufour 44. Nous étions au mouillage aux abords d'une île. Il était prévu que le vent monte avec le soleil couchant. Nous avions prévu de changer de mouillage pour passer la nuit à l'abri du vent et de la mer. Pendant le changement de lieu, sous moteur, un des stagiaires fait tomber un bout dans l'eau. Ça n'a pas loupé, l'hélice a été bloquée net par le bout. Le vent montait à 20-25 noeuds. Sous voiles, nous gagnons la zone abritée. Avec la nuit qui tombait, quelques bateaux déjà là, et des rochers pas très loin, je n'avais pas beaucoup droit à l'erreur. Une fois le mouillage stabilisé, je plongeais rapidement pour dégager l'hélice. La nuit était bien agitée. J'ai veillé jusqu'au petit matin au cas où un bateau ou nous même dérapions. La SNSM est venue, mais heureusement, ce n'était pas pour nous !

CNS: Quel conseil donnerais-tu aux jeunes navigateurs?

Loïc Blin : De varier les supports. D'embarquer dès que l'occasion se présente. De poser des questions même si elles paraissent bêtes. Et surtout de naviguer pour le plaisir !

CNS: Quel navigateur/navigatrice nominerais-tu pour l'entretien de la prochaine newsletter? 

Loïc Blin : Mon petit frère Aymeric Blin. Il pourra parler de choses qui volent au dessus de l'eau et de tout un tas d'autres choses interessantes !

Cover page brochure Loïc 2

Featured Image

Sauvetage Sciez-Anthy-Margencel

Image sauvetage

Vendredi 12 juin 2020, 19h30, le CNS a rendez-vous au bâtiment de la Section de Sauvetage de Sciez Anthy Margencel, à quelques pas de notre Chalet. Joel Gallay, Président, Franck Sommaro et Thierry Poulet, Vice-Présidents, ont la gentillesse de nous accueillir pour nous faire découvrir les locaux de la Section et ses activités.

Association loi 1901 reconnue d’utilité publique et basée au Port de Sciez depuis 1948, la Section de Sauvetage de Sciez Anthy Margencel fait partie de la Société International de Sauvetage du Léman (SISL) et de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme (FFSS).

La SISL fût créée en 1895. Elle regroupe 34 sections de sauvetage reparties autour du Léman, dont 8 sont implantées sur la côte française : Yvoire, Sciez Anthy Margencel, Thonon, Amphion, Evian, Meillerie, Lugrin et Bret Locum.

Affiliée à la FFSS, la Section de Sauvetage de Sciez reçoit l’agréement de la Sécurité Civile et est aussi une association sportive.

N'ayant aucun accès direct à la mer, la Section ne peut être affiliée à la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM). Elle est néanmoins jumelée avec des stations. 

Sa première mission est de porter secours aux personnes et aux embarcations, mission qu’elle partage avec les sapeur-pompiers. Elle réalise une quarantaine d’interventions par an sur une zone qui en principe s’étend de la pointe de Rovorée au port des pêcheurs d’Anthy mais qui peut très rapidement s’élargir car elle est avec la Section de Thonon, la seule section de la côte française à assurer une veille 24h/24.

Le Centre de Traitement et de Régulation des Appels (CTRA) de Meythet centralise les appels (18, 112, 117, VHF canal 16) et déclenche les interventions en transferant la gestion des moyens au Centre de Sapeur-Pompier (CSP) de Thonon-Les-Bains.

En plus de leurs vedettes d’intervention, les Sections peuvent s’appuyer sur deux bateaux de sapeur-pompier (basés à Thonon et Evian) et sur 3 hélicoptères :

  • Le « Dragon 74 » de la sécurité civile basé à Annecy ou à Chamonix
  • Le « Choucas » de la Gendarmerie Nationale
  • Le « Rega » basé en Suisse

Vedette Sauvetage 2 resized
Croix de Savoie II
Photo Covid
Formation

La Section assure également une mission de formation et dispense des formations de premier secours pour des groupes de 6 à 15 personnes dans ses locaux ou à l’extérieur :

  • Les gestes qui sauvent (2 heures)
  • PSC1 - Prévention et Secours Civique de niveau 1 (7 heures)
  • PSE1 - Prévention et Secours en Equipe de niveau 1 (35 heures)
  • PSE2 – Prévention et Secours en Equipe de niveau 2 (32 heures)
  • SST – Sauveteur Secouriste du Travail (8 heures)

Elle propose des prestations d’encadrement de manifestations (voile, aviron, triathlon…) en assurant la mise en place de postes de secours et de Dispositifs de Premier Secours (DPS). Pendant la crise sanitaire, la Section a participé au tri des malades à l’entrée de l’hôpital de Thonon-Les-Bains.

Enfin elle est aussi une association sportive pour la pratique du « Sauvetage Sportif » comme la plonge au mannequin, la rame sur d’anciens canots (discipline traditionnelle du Léman), ou encore le surf-boat, discipline dans laquelle elle fût vice-championne de France en 2017 et vice-championne du monde en 2018.

Lorsque que l’on demande à nos hôtes comment l’on peut soutenir leur action, la réponse est immédiate et unanime : « en ayant les connaissances de base nécessaires et en faisant preuve de sens marin afin de ne pas avoir à faire appel aux services du Sauvetage ». Par connaissances de base on entend ici :  la connaissance de son matériel et notamment de son tirant d’eau, s’informer sur la météo avant de partir et connaitre la signalétique des feux de tempête.

La Section compte 67 membres bénévoles dont 24 membres sont « opérationnels ». Pour autant, la disponibilité des membres reste la principale problématique à laquelle la Section doit faire face. Pour celui ou celle qui souhaiterait rejoindre l’équipe (13 ans minimum), il faudra valider le PSC1 et le PSE1 (42 heures de formation) avant de pouvoir participer aux interventions de sauvetage. La formation aux soins aux noyés et au pilotage de la vedette vient compléter le cursus. Les Sauveteurs participent chaque année aux stages de recyclage et aux exercices réunissant les différentes forces de secours.

Dragon 74
surf boat

Toutes les interventions de la Section de Sauvetage de Sciez Anthy Margencel sont gratuites. La Section est financée par :

  • Les subventions du Service Départemental d’Incendie et de Secours de Haute-Savoie (SDIS 74) et de l’Association des Sections Françaises du Lac Léman (ASFL).
  • Les Mairies de Sciez, Anthy et Margencel.
  • Les prestations de formation et Poste de Secours (DPS).
  • Les bénéfices réalisés lors de la Fête du Sauvetage, organisée chaque année le weekend de la deuxième semaine d’août au Port de Sciez.
  • Les dons.

C’est le Conseil Départemental par l’intermédiaire de la SDIS 74 qui assure le financement des vedettes d’interventions sur la côte française. Ces vedettes ont une durée de vie estimée à 25 ans et représentent un investissement de 300 à 400,000 € chacune. Celle de Sciez a été inaugurée en avril 1999 et devra très bientôt être remplacée.

En raison de la crise sanitaire, la Fête du Sauvetage 2020 est annulée. C’est donc une année particulièrement difficile pour la Section et une aide financière sera toujours la bienvenue.

Nous tenons à remercier chaleureusement les membres de la Section pour leur accueil, et nous espérons que cet article aidera à mieux faire connaitre leurs activités.

Le CNS a décidé de mettre en place 2 actions pour soutenir la Section :

  • Pour chaque article de la boutique CNS vendu, 1 euro sera reversé à la Section.
  • Un stage PSC1 sera mis en place à l’automne, si vous êtes intéressé, faites le savoir en écrivant à contact@cnsciez.fr.

Enfin si vous souhaitez faire un don à la Section vous trouverez toutes les informations sur notre page info pratiques.

Pour tous ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur l'histoire du Sauvetage sur le Léman, voir aussi les Collections en ligne des Musées de Nyon.

Photos fournies par la Section de Sauvetage de Sciez-Anthy-Margencel.

Rame recent

Featured Image

Changement d'amure

Photo José cropped

José Carreto

Fondateur de BorAmure

email: j.carreto@hotmail.fr

Membre du CNS depuis trois ans, cela fait aussi quarante ans qu’il « navigue » dans le nautisme sans jamais avoir eu l'envie de changer de métier.

José a deux passions dans la vie : la voile, qu’il découvre en 1979 et qui va rapidement devenir son métier, et la haute montagne. Deux passions qu’il considère comme très complémentaires et nécessaires à son équilibre.

Sa carrière dans le nautisme débute au Club Med, « à l’époque des Bronzés » comme il le dit avec humour. Il est engagé et formé à la réparation des moteurs des bateaux du Club. A cette époque les membres d’équipes nationales belges, françaises et italiennes de planche à voile et de dériveurs sont nombreux à travailler comme saisonniers au Club. Au fil des saisons c’est à leurs côtés que José s’initie à la planche et au dériveur. Il finit par devenir moniteur. 

En 1982 il décroche un poste de préparateur chez le concessionnaire Bénéteau de Thonon. Connaissant bien la région pour y avoir fait ses débuts en canoé-kayak à l’adolescence, il s’intègre facilement dans le milieu de la voile et navigue sur de nombreux supports : jauge tonner, First Class de Bénéteau, Surprises, Grand Suprises etc. Il sera également copropriétaire du fameux French Connection pendant une dizaine d’années.

En tant que professionnel et passionné de voile, j'ai côtoyé beaucoup de monde dans ce milieu, chantiers constructeurs, marins pros, coureurs, et de très bons amateurs passionnés ! J'ai eu plusieurs bateaux, mon tout premier étant un bateau en bois de 7 mètres, une construction amateur des années 70. Je ne suis pas sectaire, j'aime beaucoup aussi les péniches, et je fais aussi du ski nautique, du wake…

En 1989 il part travailler pour un chantier naval en Suisse ou il apprend à construire, modifier et rénover tous types de bateaux (voiliers, bateaux à moteurs, trawlers en acier, etc). Il y parfait aussi son expérience dans la construction bois. 

En parallèle il continue de naviguer en mer : convoyages, croisières avec des clients, régates en double ou en équipage. Il participe également à la préparation de bateaux de courses pour le lac et en mer: mini-transats, Surprises et Grand-Surprises etc.

Depuis deux ans José navigue seul à son compte à bord de sa société BorAmure qui propose des services de préparation et de réglage de voiliers et de réparation des embarcations pneumatiques. 

Je remercie toutes les personnes professionnelles et amateurs qui m'ont beaucoup appris au court de ces 40 ans de métier.

A notre tour de remercier José, qui grâce à son savoir-faire, a donné un bon de coup de pouce au CNS en réparant le Tempest pneumatique. Le CNS lui souhaite une bonne continuation dans ses projets! 

Featured Image

Travelling sur le Focus 750

Focus-750-tlo-4-compressor

Dessiné par l’architecte Jerzy Piesniewski et lancé par le Chantier polonais Sobusiak Yacht Yard en 2016, le Focus 750 est désormais disponible chez Léman Nautic. D’une très belle qualité de finition, une soixantaine d’unités vendues à ce jour naviguent sur les Lacs d’Europe, dont les plus proches en Suisse (Zurich, Neuchâtel, Constance) et en Italie (Garde, Majeur, Lugano).

Atout majeur, la version quille relevable (avec ou sans bulbe) peut être transportée très facilement et permet de s’affranchir d’une place de port : grâce au système de mâtage spécialement développé par les chantiers polonais pour passer sous les ponts, il ne faudra pas plus de 45 minutes à une personne seule pour partir naviguer.

Proposé en version « Standard » ou « Performance », le Focus 750 peut être manœuvré en solo ou avec un équipage de 3 à 4 personnes pour un programme de régate ou de croisière familiale.

Ses caractéristiques, qui laissent présager de belles performances sous voiles, sont ici comparées à celles de deux de ses concurrents potentiels sur le Léman : le Surprise et le One Design 747.

Tableau spec Focus 750

Le mot de Philippe Debladis, Directeur de Léman Nautic :

«Un championnat en monotypie a été mis en place sur le Lac Balaton en Hongrie et le Focus 750 a systématiquement été sur les podiums des régates de championnat en Pologne. En France, Le Focus 750 termine sur le podium du challenge de printemps du Crouesty. Nous sommes impatients de voir arriver ce nouveau voilier sur le Léman, toute l’équipe de Léman Nautic est à votre disposition pour répondre à vos questions. »

Featured Image

Tetrao Urogallus

Photo 005

Toucan, Choucas, Macareux, Tiolu, Black Bird, Hocco... Parmi toutes les espèces de gracieux volatiles qui peuplent le Léman, il en est une en particulier qui appartient au patrimoine du CNS, celle du Tétras. Construits en deux exemplaires entre 1987 et 1989, La Rioulle 2 et Salubido, restent toujours aussi performants et compétitifs : en 2019, Salubido remporte le Top Voile Léman Tour, le championnat de la côte française, en catégorie TCF2. Il est aussi toujours le détenteur du record entre Sciez et Saint-Prex aller-retour en 2h34. Cet article retrace l’histoire des Tétras, de la rencontre de ses constructeurs jusqu’à aujourd’hui.

C’est également l’occasion de relayer l’appel de Hugo Deville, actuel Président de l’association « la Rioule », et qui souhaite constituer un équipage pour faire renaviguer la Rioule. Si vous êtes interessé, n’hésitez pas à contacter Hugo ou à rejoindre « Tetrao Urogallus », le groupe facebook des Amoureux du Tétras.

Top Voiles Léman Tour : Le championnat ACVL côte France. Règlement/Inscription/Affiche

Le CNS s'est associé au CVE et à la SNFL pour créer un nouveau format de course.
Excellemment doté, il vise à élire le meilleur équipage de la côte France du lac.

InscriptionTopVoilesLémanTour
RèglementTopVoilesLémanTour
FFVoile_logo_corp_rvb

Cercle Nautique de Sciez
650 route du port 74140 SCIEZ

Copyright 2020 CNS
Mentions Légales